Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

Pourquoi nous avons rejoint Les Patriotes de Florian Philippot...

Pourquoi nous avons rejoint Les Patriotes de Florian Philippot...

Le lundi 25 septembre, quatre jours après l’annonce par Florian Philippot de quitter le Front National, 6 conseillers régionaux des Hauts-de-France ont à leur tour décidé de démissionner du groupe FN et de rejoindre le mouvement Les Patriotes.

 

Véronique Descamps, Guillaume Kaznowski, Astrid Leplat, Daniel Philippot, Eric Richermoz et Virginie Rosez ont publié le communiqué suivant pour expliquer leur décision :

 

Nous nous sommes résolument engagés derrière Marine Le Pen qui voulait faire du Front National un parti authentiquement républicain, souverainiste et social. Un parti capable de faire gagner la France. 

Avec une loyauté jamais démentie à l’égard de la présidente, plus qu’aucun autre, Florian Philippot a porté le « marinisme ». C’est cette concordance parfaite entre les convictions de Marine Le Pen et celles de Florian Philippot qui a permis de faire progresser le parti comme jamais auparavant. 


Malgré les presque 11 millions de suffrages obtenus, le score de la présidentielle a été jugé insuffisant, voire décevant. Ont alors commencé les basses manœuvres d’un clan influent qui souhaitait depuis longtemps évincer Florian Philippot pour substituer à la ligne mariniste résolument moderne une ligne plus libérale, celle du passé, repliée sur des thématiques qui, pour importantes qu’elles soient (immigration, insécurité, islam radical) ne sauraient à elles seules constituer un projet de gouvernement et plus sociétalement réactionnaire que véritablement sociale.

 

Malgré des discours assurant que la ligne ne change pas, nous avons peu à peu constaté l’absence de réactions lorsque de nombreux cadres avancent des propos contraires au projet défendu avec vigueur durant la campagne présidentielle.

Le parti tourne le dos à la dédiabolisation voulue par Marine Le Pen. Certains le clament ouvertement, parlant de "piège à cons", sans la moindre réaction de la présidente. 

Le parti ne se donne plus les moyens d’accéder au pouvoir. Les positions sont de plus en plus floues ou inexistantes, comme sur l'Union Européenne par exemple, ce qui fait s'effondrer le programme en matière économique mais aussi en matière d'immigration car sans souveraineté nationale aucune politique de régulation de l'immigration n'est possible. 
Le parti a été inaudible sur le premier dossier important du nouveau gouvernement. Qui connaît sa position sur la loi travail ?

 

Entourée d’un clan passéiste de plus en plus influent, Marine Le Pen a consenti à se saisir d’un prétexte pour se séparer de Florian Philippot.

L’analyse de Jean-Daniel Lévy, Directeur du département politique & opinion d’Harris interactive, est éclairante sur le sujet :

« Je suis surpris qu’on dise que la « ligne Philippot » a joué un rôle dans le score moins bon qu’espéré de Marine Le Pen. D’abord, avec cette ligne, le FN est passé de 18 % à 28 % entre 2012 et 2015, grâce au discours sur la République, le modèle social, les inégalités entre les territoires, qui lui ont permis d’agréger les catégories populaires. Mais, pendant la campagne présidentielle, les électeurs du FN ont retenu le discours classique sur la sécurité et l’immigration, bien plus que celui sur la sortie de l’euro. Dans les études, les Français qui votaient Le Pen parlaient beaucoup de la France et pas tellement de l’Europe. La thématique européenne est loin d’avoir été centrale dans cette élection»

 

Les réactions violemment injurieuses et insultantes de nombreux cadres après l’éviction du « bras droit » de Marine Le Pen témoignent du caractère très particulier de ce parti en train d’être rattrapé par ses vieux démons. Le parti est ravagé par des luttes de clan épuisantes aussi bien au niveau national que régional. Nous assistons à un retour au passé

 

Indéfectiblement fidèles à nos convictions d’une France libre et souveraine, conservant son identité mais sachant aussi préserver son modèle social, nous observons que le Front National a commencé à ne plus les incarner. Nous pensons donc, à regret après tous ces combats, que le succès des idées patriotiques ne pourra pas se faire au Front National.

 

Aussi, sans aigreur ni animosité, avec une certaine tristesse, nous en tirons les conséquences en démissionnant du Front National.

Parce que nous croyons en l’avenir de la France, que nous avons envie d’offrir un avenir plus radieux aux Français, nous avons décidé de rejoindre le mouvement « Les Patriotes » présidé par Florian Philippot. Nous y constatons une énergie, l'arrivée de compétences, de jeunes motivés, et un projet cohérent et solide. 

C’est avec Florian Philippot que nous continuerons de défendre et représenter nos électeurs.
C’est avec lui que nous maintiendrons la ligne sur laquelle nos électeurs nous ont accordé leur confiance.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article