Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

Présidentielle : un désaveu cinglant

Présidentielle : un désaveu cinglant

A peine installé dans le fauteuil de président de la région des Hauts-de-France, le grand sectaire de Saint-Quentin clame haut et fort qu’il est le seul à pouvoir battre Marine Le Pen. Il oublie juste de préciser qu’il est minoritaire dans la région et ne doit sa victoire qu’au retrait du PS. Ce que Pierre de Saintignon lui rappelle régulièrement.

Le président de région ne cesse de répéter que son action contribue à baisser l’influence du Front National. « il y a les faiseux et les diseux », aime-t-il rappeler.

Il se vante, par exemple, d’avoir mis en place sous conditions l’aide au transport pour les particuliers. Une aumône de 20 € par mois… pendant que lui s’est octroyé une indemnité mensuelle 200 fois supérieure (4000 €).

Tout au long de cette campagne électorale, Xavier Bertrand se comporte en politicien piteux et multiplie les mauvais choix. Son poulain Sarkozy éliminé, il se met en tête d’être celui qui mouillera le plus sa chemise pour Fillon. Pris dans le tourbillon du PénélopeGate, très mal inspiré, le trio Bertrand, Estrosi, Pécresse décide de débarquer Fillon au moment où celui-ci prend la décision ferme de rester candidat jusqu’au bout. Le jour-même, tête baissée, les trois présidents de région rentrent dans le rang et soutiennent de nouveau le candidat de leur parti…

« Mon action fera chuter le vote en faveur du Front National », se plaît à répéter le président Bertrand… Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle montrent que le grand sectaire de la région est clairement désavoué. Les habitants ne lui accordent aucun crédit pour changer leur vie. Ils ont compris qu’il n’est qu’un politicien du sérail et qu’il n’existe que par la communication.

Avril 2017, Marine Le Pen accède au second tour de la présidentielle alors que le candidat LR est éliminé. Dans les Hauts-de-France, Marine Le Pen arrive largement en tête dans chacun des 5 départements et recueille dans la région 100 000 voix de plus qu’aux régionales de 2015 (1 003 221 contre 909 025). Comme au plan national, elle bat un nouveau record.

Le candidat LR soutenu activement par le grand sectaire régional n’arrive qu’en 4ème position très loin derrière Marine Le Pen. Pire, il perd 37 000 voix par rapport à 2015 (521 389 contre 558 420).

Tous les observateurs relèvent le score historique de Marine Le Pen et la défaite cuisante du candidat de la droite.

Dans l’Aisne, département du grand sectaire président de région, le résultat est sans appel : 35,67% pour Marine Le Pen contre 16,30% pour le candidat LR.

A Saint-Quentin où le grand sectaire est conseiller municipal après en avoir été le maire, la gifle est magistrale. Marine Le Pen arrive en tête avec 28,73% alors que François Fillon n’est qu’en 4ème position avec 17,70%, un score inférieur à la moyenne nationale.

A Tourcoing, Gérald Darmanin, complice de l’intolérant président de région, se voit infliger une sévère déculottée. Fillon, représentant son parti, n’arrive qu’en 4ème position avec un score minable de 13,06%.

A Calais, Natacha Bouchart reçoit une claque magistrale. Dans cette ville, Marine Le Pen arrive en tête avec 37,17% des suffrages. Là encore, François Fillon se classe 4ème avec 10,91% des voix.

 

Le désaveu est cinglant pour le grand sectaire de la région et ses multiples erreurs de tactiques et d’analyses devraient le conduire à davantage de modestie et d’humilité. En est-il capable ?

Il serait bien inspiré de méditer ce que déclarait Gérald Darmanin début mars : « Jusqu'à présent ce sont les socialistes qui faisaient monter le Front national, maintenant c'est nous. J'ai honte de ma droite ».

 

Xavier Bertrand est-il capable d’auto-critique ? Il est permis d’en douter si l’on se rappelle, qu’en grand prétentieux, fin mars, il assurait sans rire : « …Eh bien je vous le dis (...) la région de France où le FN recule le plus, c'est tout simplement la région des Hauts-de-France. Pourquoi sommes nous un rempart contre le FN ? C'est parce que les gens se rendent compte qu'il y a moins de blablas et plus de résultats et que nous sommes fidèles à nos valeurs ».

Nul doute que faisant rire dans les chaumières, le président de la région des Hauts-de-France a dévoilé un vrai talent burlesque qu'on ne lui connaissait pas. 

Aussi, pouvons-nous lui conseiller de s'adresser à Proch'emploi qui devrait être en mesure de l'orienter vers une reconversion de comique troupier...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article