Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

X. Bertrand, soutien des valeurs de Fillon…

X. Bertrand, soutien des valeurs de Fillon…

S’il est un acteur important du parti LR qui est toujours en porte-à-faux dans la campagne présidentielle, c’est bien Xavier Bertrand.

« Autant on ne l’avait pas vu durant la campagne de la primaire de la droite, autant on le verra beaucoup pour la campagne présidentielle » pouvait-on lire dans le « Lab Europe1 » le 23 février dernier.

« Je n’ai pas envie que l’on puisse dire que je me cache ou que je fais le service minimum », déclare-t-il à la Voix du Nord. Evoquant les meetings de François Fillon, il ajoute « Je serai certainement celui qui va en faire le plus ».

Mais le Penelope Gate paralyse la campagne du candidat Fillon. Son image dans l’opinion est tellement écornée que ses propres amis le lâchent les uns après les autres.

Début mars, Xavier Bertrand estime que « la situation n’est plus tenable » et qu’ « en l’état, la droite ne peut plus l’emporter ». Le 4 mars, il déclare qu’il ne participera pas au rassemblement du Trocadéro prévu le 5.

Le 5 mars, le trio Bertrand, Estrosi et Pécresse annonce « une initiative pour une sortie respectueuse de Fillon ». Une fois encore, le président de la région des Hauts-de-France est dépassé par les événements.

En effet, le 6 mars, jour où Xavier Bertrand a prévu de convaincre Fillon de sortir du jeu, celui-ci, ragaillardi par le rassemblement du Trocadéro tient tête à l’ensemble de l’appareil LR et confirme qu’il ira « jusqu’au bout ». Fermez le ban. La messe est dite. Le trio doit rentrer dans le rang et manger son chapeau.

Valérie Pécresse écrit vouloir défendre « coûte que coûte le projet Fillon car c’est celui qu’il faut à la France ». Xavier Bertrand twitte « Il n’y a qu’unis que nous pourrons vaincre le Front National ». C’est ce qui s’appelle avoir de fortes convictions… Comme le ridicule ne tue pas, bien que qualifiés de « lâcheurs » et exclus du comité de campagne, nos braves présidents de région reprennent leur bâton de pèlerin…

 

Le 8 mars, lors d’une réunion de soutien à François Fillon, Xavier Bertrand reconnaît que « cette campagne présidentielle est très dure. Le vent souffle fort. On a beaucoup d’éléments contre nous mais dans cette campagne, ce qui compte, c’est de garder le cap et ses valeurs ».

A quelles « valeurs » le président de la région Hauts-de-France fait-il allusion ? A des valeurs morales ? Ou plus simplement à des valeurs monétaires ou financières ?

Il est bien difficile de faire la distinction entre valeurs morales et financières tant elles se confondent chez le candidat de la Droite et du Centre.

 

L’accumulation des affaires montre un Fillon ayant un goût immodéré pour l’argent, un homme faisant preuve d’un appât du gain insoupçonné. Mais également un entourage composé d’amis très riches et très généreux envers l’ancien « collaborateur » de Sarkozy. Chaque jour voit s’allonger la liste des sommes encaissées par la famille Fillon…

 

- les 831 440 € des emplois du Penelope Gate,

- les 100 000 € brut de la « revue des deux mondes »,

- les 25 000 € de la cagnotte du Sénat,

- les 57 000 € touchés par sa fille dont 33 000 € reversés aux parents pour rembourser son mariage

- les 26 600 € perçus par son fils dont 30% reversés aux parents

- les 977 000 € rapportés par sa société « 2F Conseil »

- les conférences à l’étranger (entre 140 000 et 210 000 €)

- le prêt de 50 000 € (sans intérêts ni date limite de remboursement) remboursé le 27 février soit un mois après le début des révélations,

- les 48 500 € de costumes offerts par de généreux amis dont 35 500 € auraient été « réglés en liquide »

Sur le plan des valeurs morales, François Fillon ne fait plus figure de « père la rigueur »… On se rappelle sa formule « Qui imagine le général de Gaulle mis en examen ? » destinée à décrédibiliser la candidature de Nicolas Sarkozy lors des primaires…

Depuis, le candidat Fillon a fait volte-face. Mis en examen, il ne renonce pas. Ses anciens « amis » rient sous cape… « Qui imagine le général de Gaulle se faire offrir des costumes ? » Des costumes à 6 500 € pièce !

 

Pour Xavier Bertrand, « ce qui compte, c’est de garder le cap et ses valeurs ». De bonnes valeurs morales sonnantes et trébuchantes… qui ne sauraient le gêner, lui qui s’est augmenté de 4 000 € immédiatement après son élection à la tête de la région.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article