Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

Accords du Touquet : gesticulations et moulinets

Accords du Touquet : gesticulations et moulinets

Xavier Bertrand, candidat Les Républicains aux élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, s'en est pris hier à la politique du Royaume-Uni en terme d'immigration, et notamment les accords du Touquet.

Les accords du Touquet ont été signés le 4 février 2003 entre la Grande-Bretagne et la France. Il s’agit d’un accord bilatéral, un des douze signés entre les deux pays concernant l'immigration depuis 1989.

 

Début août 2015, candidat à l’élection régionale, Xavier Bertrand menaçait déjà de laisser partir les migrants en Angleterre : « Alors que personne n’a su empêcher les migrants de venir en Europe, on demande à la France de les empêcher de partir en Angleterre. Je dis à nos amis anglais : notre exaspération est totale. Un bras de fer ne serait pas la meilleure solution, mais il faut qu’ils sachent que beaucoup de Français pensent : si on n’a pas su les empêcher de venir (en Europe), et bien on va arrêter de les empêcher de partir (en Angleterre). Ce message doit être entendu par tous. Ce n’est peut-être pas une solution politiquement correcte, mais je fais mien le ras-le-bol de la population et de Natacha Bouchart, la maire de Calais, que ceux qui ne vivent pas dans la région ont peut-être du mal à mesurer. On sait quelle est l’attitude des Italiens qui laissent remonter les migrants vers la France. Que l’Angleterre n’oblige pas la France à faire la même chose. Je préfère considérer les Britanniques comme des amis et des partenaires, pas comme des adversaires, mais il ne faut pas abuser de la patience et des efforts des Français. Au bout d’un moment, ça suffit ! »

Sans aucun doute, « le ras-le-bol de la population » est bien réel. Pourtant fin août 2015, ‘’Valeurs Actuelles" rapporte que Natacha Bouchart affirme qu’il faut vivre avec la problématique des migrants « dans les meilleures conditions possible », car « ça peut être une richesse culturelle exceptionnelle […] et les Calaisiens pourront s’enrichir encore plus de ces populations migrantes ». Ses administrés apprécieront, conclut le journal.

 

Le 3 août 2015, en pleine campagne électorale, Xavier Bertrand déclare dans le JDD : « Nous avons été bien bons, lors de la signature des accords franco-britanniques du Touquet en 2003 ».

 

« Nous avons été bien bons… ». Qu’englobe le « Nous » de Xavier Bertrand ? En 2003, Jacques Chirac est président de la République, Jean-Pierre Raffarin est Premier ministre, Nicolas Sarkozy ministre de l’Intérieur et Xavier Bertrand député RPR. Les accords du Touquet sont signés par Nicolas Sarkozy sans que Xavier Bertrand manifeste une quelconque opposition ou réticence.

« Nous avons été bien bons… ». En termes de demandeurs d'asile, par exemple, les accords du Touquet ne sont pas favorables à la France. Tout se joue au départ du navire. D’après le traité, si la demande d’asile est formulée avant que le bateau ne parte pour l'Angleterre, c’est à la France de traiter la demande. Si elle est faite après le départ du bateau, c’est à l’Angleterre de s’en charger. Une fois à Douvres, si le demandeur se voit refuser sa demande, il est renvoyé à Calais…

 

Certes, l’article 25 du traité stipule que « le présent traité est conclu pour une durée illimitée et chaque partie peut y mettre un terme à tout moment en informant l’autre par écrit par la voie diplomatique laquelle prendra effet deux ans après la date de ladite notification ».

 

S’il est possible de dénoncer ce traité, il est hélas à craindre que les conséquences soient probablement encore plus dramatiques. La France n’a hélas pas fini de payer les erreurs et les fautes de Nicolas Sarkozy. Dans des domaines aussi divers que la sécurité, l’immigration, l’économie, la diplomatie, la conduite des affaires du pays, nous ne cessons de voir les effets catastrophiques de son absence de vision, de réflexion, de clairvoyance. Ceux qui l’ont accompagné, servi ou soutenu partagent cette lourde responsabilité. Xavier Bertrand qui a exercé les fonctions de député, ministre et responsable du parti godillot est de ceux-là.

 

Le président Hollande a confirmé, à Bruxelles, que les accords du Touquet sur l'immigration ne seront pas remis en cause après le vote des Britanniques sur le Brexit.

« Remettre en cause l'accord du Touquet au prétexte que le Royaume-Uni a voté le Brexit (...) n'a pas de sens ». En vertu de ce traité bilatéral, la Grande-Bretagne a investi plusieurs dizaines de millions d'euros du côté français pour sécuriser les infrastructures notamment portuaires, et renforcer les contrôles douaniers.

François Hollande a par ailleurs ironisé sur le fait que ceux qui demandent la suppression de l'accord « sont ceux-là même qui l'ont conclu ». « C'est un vieux principe en France et dans la droite française, c'est de vouloir défaire ce qu'ils ont fait » a-t-il ajouté.

 

Au gouvernement, on tient à rappeler que le Royaume-Uni s'est engagé en septembre 2014 à débloquer 15 millions d'euros, dans le cadre d'un accord « sur la gestion de la pression migratoire » à Calais. « Ce sont aussi les Britanniques qui s'occupent de la sécurisation du port et du tunnel » ajoute-t-on place Beauvau. 

C'est bien la stratégie du pire que semble vouloir éviter à tout prix l'exécutif. « Si nous décidions de dénoncer cet accord en disant '’débrouillez-vous’' aux Britanniques, que pensez-vous qu'il se passerait ? On ferait face à un appel d'air sans issue. Les migrants arriveraient plus nombreux, espérant pouvoir passer plus facilement la frontière. En réalité, ils seraient rejetés systématiquement. »

 

« Nous avons été bien bons… » soupire Xavier Bertrand. Il conviendrait plutôt de reconnaître combien la gouvernance du pays par la droite RPR puis UMP a été néfaste. On ne saurait non plus exonérer la gauche qui, sur le sujet de l’immigration, a poursuivi à l’identique la politique de la droite. Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, les Français peuvent se rendre compte de la justesse de l’analyse du Front National et du bienfondé des mesures qu’il propose.

Le Front National rappelle que seule une évacuation complète de tous les camps de migrants dans des zones humanitaires sécurisées à la frontière des pays en guerre, et l’expulsion effective des individus en situation irrégulière, permettront de faire disparaître de notre territoire ces bidonvilles d’un autre temps. En outre, rien ne remplacera une politique dissuasive de lutte contre l’immigration clandestine en amont, ce qui suppose de retrouver des frontières nationales et donc de sortir de l’espace Schengen.

 

Comme toujours, Xavier Bertrand refuse de reconnaître ses erreurs et celles de son camp. « La situation en 2016 n’est plus la même… » dit-il.

Quels motifs invoquera-t-il pour expliquer l’échec de Proch’Emploi, la mauvaise gestion financière de la Région, l’augmentation de la dette…? Ce ne sera pas faute d’avoir été mis en garde par son opposition. Là encore, les faits montreront combien le Front National avait raison.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Owen 30/06/2016 15:11

Excellent, il est toujours bon de se rafraîchir la mémoire.