Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

Black M à Verdun : cacophonie gaucho-bobo moralisatrice…

Black M à Verdun : cacophonie gaucho-bobo moralisatrice…

Imbroglio politique à gauche autour du concert annulé du rappeur Black M à Verdun. Ministres, Mission pour le Centenaire, Maire de Verdun… Tous se renvoient la balle. Au cœur de la polémique, l’invitation du rappeur dont certains textes sont insultants envers la France.

Impossible de savoir qui est à l’origine de cette invitation. Tout le monde se rejette « la patate chaude »…

Pour le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, "ce n'est ni l'État, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur"

"Le nom a été proposé par l'État ! Cette proposition a été faite à la ville de Verdun." répond le maire de Verdun, Samuel Hazard (PS). Et il ajoute : "Ce n'est pas l'Élysée ou un ministre qui a lancé l'idée, mais ça vient de l'État. Puis la décision a été prise collégialement dans le comité interministériel Verdun 2016 en avril, avec la mission du Centenaire, l'État, le département et les collectivités." 

Opératrice de l'État, la mission du Centenaire dirigée par Joseph Zimet (mari  de Rama Yade) assure pour sa part que "la décision de faire venir Black M a été prise par l'agglomération du Grand Verdun".

 

Le Collectif Culture du FN dénonce les propos ignobles de certaines chansons de Black M. Notamment une chanson du groupe Sexion d'Assaut sortie en 2010, "Désolé", dans laquelle Black M désigne la France comme un "pays kouffar", un terme péjoratif désignant les mécréants en arabe. "Un terme utilisé dans la propagande anti-occidentale de Daech.

Le rappeur est aussi accusé d'homophobie à travers la chanson "On t'a humilié", dans laquelle son collègue Maître Gims chante : "Je crois qu'il est grand temps que les pédés périssent. Coupe-leur le pénis, laisse-les morts, retrouvés sur le périphérique."

 

Aux protestations des élus du FN se joignent celles d'élus Les Républicains tels que Nadine Morano, Eric Ciotti, Hervé Mariton ou Valérie Boyer. Sur les réseaux sociaux, la polémique s'emballe. Des associations patriotiques et d’anciens combattants de Meuse demandent également, dans une lettre au préfet, de surseoir au concert menaçant de ne pas participer pas aux cérémonies du 29 mai. Finalement, c’est suite à la plainte déposée par un petit-fils de poilu que le maire PS de Verdun décide de déprogrammer Black M.

Dans son communiqué, le maire évoque une "polémique d'ampleur sans précédent" et un "déferlement de haine et de racisme", des "risques forts de troubles à l'ordre public".

"C'est difficile à vivre. Je suis très fatigué et atteint psychologiquement. On voit bien que, dès lors qu'il y a une polémique, vous vous retrouvez tout seul", déplore le maire de Verdun auprès de L'Est Républicain

Effectivement, les soutiens de Samuel Hazard se sont évaporés. Envolé également le soutien financier de la Mission du Centenaire. Jeudi, le maire de Verdun apprend que la Mission a décidé de ne plus lui accorder la subvention prévue de 67.000 € réglant une part des 150.000 € que coûtait le Centenaire.

Pour ne pas perdre la face, le maire PS s’empresse de rendre « l’extrême droite » responsable de ce fiasco… Tous les opposants à ce projet sont labélisés extrémistes de droite.

Rangé dans ce camp, l’avocat Régis de Castelnau réagit : « Comme d’habitude, l’argument classique a fusé : « Extrême droite raciste ! » Sauf que ça ne marche plus, et qu’il est désormais vraiment indispensable d’arrêter, parce que nous ne le tolérerons plus. Je n’ai personnellement de ce point de vue aucun gage à donner ni aucune justification à apporter. Et s’imaginer que ce genre d’invectives est de nature à nous faire taire est une appréciation erronée. Je me contenterai juste d’une petite réponse en renvoyant à l’admirable Marseillaise de Jessye Norman pour le bicentenaire de la Révolution. Monsieur Hazard y apprendra que la dignité n’est pas une question de couleur de peau. »

 

Vexés, les moralisateurs de gauche se réveillent pour venir, un peu tard, au secours du pauvre maire de Verdun. La ministre de la Culture Audrey Azoulay dénonce « un ordre moral nauséabond ». Le secrétaire d'État aux Anciens Combattants Marc Todeschini est furieux « de voir qu'un déferlement de haine, d'injures et de menaces force un élu à annuler le concert d'un artiste dans un pays où la liberté d'expression et de création sont des valeurs et des droits fondamentaux ». Jack Lang estime qu'il ne fallait pas « capituler devant l'idéologie frontiste ». Même le député PS Razzy Hammadi y va de son couplet contre le Front National. Et lorsqu’un journaliste de BFM-TV lui fait remarquer que le concert a été annulé parce que la subvention a été supprimée, il répond : « je n’ai pas confirmation que c’est vrai mais si c’est avéré, ce ne serait pas une erreur mais une faute… » Et de faire, lui aussi, la morale à « l’extrême droite ». Pourtant Razzy Hammadi est le dernier à pourvoir donner des leçons de morale. En 2014, dans une altercation filmée, ce bon donneur de leçons promet de « faire descendre toutes les cités de Montreuil » et traite ses interlocuteurs des doux noms de « enculé de ta race » et « fils de pute ! » 

 

A la cacophonie sur le fait de savoir qui est à l’initiative de l’invitation de Black M, se greffe maintenant une nouvelle cacophonie sur la subvention annulée. L'affaire devient clownesque...

Ce samedi, Joseph Zimet, le directeur général de la Mission du Centenaire explique à l’AFP que l’annonce du retrait de la fameuse subvention était en fait « une regrettable erreur » de communication. Selon lui, la Mission du Centenaire aurait « naturellement accordé une subvention à la ville de Verdun pour ce concert » si, bien sûr, il n’avait pas été annulé. La Mission avait affirmé le contraire 24 heures auparavant…

Il reconnaît également que « l’information qui a été donnée à tort par la Mission était erronée. Les subventions demandées par le maire, auxquelles j’avais donné un accord de principe il y a un mois, étaient en cours de formalisation ». Comprenne qui pourra…

 

Quelques heures plus tôt, Rama Yade, l’épouse de Joseph Zimet sortait la grosse artillerie dans un communiqué toujours à l’AFP : « C’est la désertion en rase campagne du gouvernement qui a permis un tel gâchis. Encore une fois, il a plié face aux injonctions de l’extrême droite […] Au lieu de laisser annuler le concert de Black M, descendant de tirailleur, artiste tiraillé et symbole du malaise d’une partie de la jeunesse française, le président de la République aurait dû y assister dans un esprit de réconciliation nationale. Il n’est pas trop tard ».

 

Le concert était prévu le 29 mai. Il reste deux semaines. Puisque, comme le dit Rama Yade, « il n’est pas trop tard », rien n’empêche les gaucho-bobos moralisateurs de reprogrammer ce concert avec Black M, « parfaite synthèse entre variété débilitante et racaillitude grand-guignolesque, membre du groupe Sexion d’Assaut, dont le nom évoque avec délicatesse les Sturm Abteilung du parti nazi » comme l’écrit Laurent Gayard, docteur en Histoire.

Les gaucho-bobos moralisateurs se lanceront-ils dans une nouvelle bataille de Verdun ? Ouvriront-ils un nouveau front ? Rien n’est moins sûr… Il est vrai qu’il est plus facile de crier au loup que de reconnaître qu’on a fait fausse route… Courage, fuyons…

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article