Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

Mensonges, incohérences et provocations…

Mensonges, incohérences et provocations…

Tous les observateurs l’auront remarqué : Xavier Bertrand est un homme nerveux, tendu, toujours sur la défensive… La présidence de la grande région Nord Pas-de-Calais Picardie serait-elle une charge trop lourde pour lui ? Assurément.

Mais ce comportement autoritaire, cassant, quasi monarchique, est inhérent au personnage. En effet, ceux qui le côtoient le retrouvent tel quel dans la communauté d’agglomération de Saint-Quentin qu’il préside. C’était également le cas lorsqu’il exerçait son mandat de maire.

 

Xavier Bertrand n’existe médiatiquement que par et dans la provocation. De ses actes et paroles transpirent sectarisme, outrance et mépris.

Ainsi, quand il prive son opposition des droits d’expression les plus élémentaires, quand il bafoue le règlement intérieur pourtant concocté sur mesure par ses soins, quand il dédaigne les propositions de ses opposants, quand il préfère consulter son téléphone à longueur de séance plutôt qu’écouter les intervenants qu’ils soient ou non de sa majorité… Les exemples sont nombreux.

 

Les provocations sont incessantes et gratuites. Ainsi, quand il présuppose, dès le début des travaux de l’assemblée, que Marine Le Pen sera probablement partie avant la fin de la séance, quand il refuse de répondre aux questions ou fournir des explications, quand il qualifie les élus du FN-RBM de représentants d’extrême droite qui veulent « faire souffler la tempête, la haine » et leur assène « vous ne changerez jamais… vous êtes faits comme ça… ».

 

Prendre certaines libertés avec la vérité ne gêne pas outre mesure Xavier Bertrand. Ainsi quand il affirme publiquement, sans le moindre scrupule, que Marine Le Pen et les élus FN ont refusé de voter contre la directive détachement des travailleurs en 2014 au Parlement européen…

Affirmation ridicule et stupide car Xavier Bertrand est trop fin politique pour ignorer que le texte présenté en avril 2014 ne visait pas à supprimer la directive détachement mais simplement à en prévenir les abus. Adopter cette disposition revenait à accepter le principe même de la directive détachement que combat le Front National.

C’est ce qu’a expliqué Marine Le Pen sur France Info : « Le texte qui a été passé visait à
renforcer les contrôles contre les travailleurs frauduleux. C'est une bonne
chose. Sauf qu'il continuait à admettre ces travailleurs détachés. Et ça c'est
inadmissible. Alors, quand un texte est profondément néfaste mais qu'il y a un
amendement qui va plutôt dans le bon sens, et bien on ne vote ni pour ni
contre, on s'abstient. »

 

De nombreuses incohérences émaillent les actes de Xavier Bertrand. Rappelons qu’il se déclare contre le cumul des mandats mais s’en arrange pour cumuler les indemnités.

Lors de la séance plénière du 26 avril 2016, le président du Conseil Régional a, en partie, rendu François Hollande et son gouvernement responsables des difficultés financières rencontrées par la région Nord Pas-de-Calais Picardie qui se trouve confrontée à une baisse des dotations de l’État de 47,7 millions d’euros en 2016.

Pourtant, dans son édition du 19/09/2015, Metronews « rafraichit la mémoire des élus de très mauvaise foi ». Parmi eux figure un certain… Xavier Bertrand.

 

« GIROUETTE - Devant la volonté de l'Etat de baisser les dotations des collectivités locales, de nombreux maires défilent ce samedi partout en France. Mais parmi ces élus en colère, il en est qui semblent avoir oublié certaines de leurs déclarations, pas vraiment en accord avec leur gronde. Metronews leur rafraichit la mémoire. »

 

Et Metronews de poursuivre :

« Des aides, Xavier Bertrand en voulait moins…

S'il a lui aussi participé à la mobilisation ce samedi, entre autres à coups de hashtag #jaimemacommune et de retweets massifs sur son compte Twitter, Xavier Bertrand n'a pas toujours été contre la baisse des dotations aux collectivités locales. Dans une interview donnée aux Echos en 2012, le maire de Saint-Quentin jugeait que le gouvernement n'allait à l'époque pas suffisamment loin. "La dotation aux collectivités devrait diminuer dès 2013 et il faudrait la réduire davantage que ce que prévoit le gouvernement pour 2014 et 2015", conseillait-il, considérant qu'il s'agissait du seul moyen de forcer les collectivités à "mieux cibler leurs investissements, à baisser leurs dépenses de fonctionnement et à réduire leurs effectifs". »

 

Le 13 octobre 2012, le député UMP Xavier Bertrand avait déposé l’amendement n° 615A au Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017 :

 

ART. 19(A)

À l'alinéa 3, substituer au nombre :

«  41 505 415 000 »

le nombre :

«  41 005 415 000 ».

 

Exposé sommaire :

Le présent amendement vise à une baisse de 500 millions d'euros de la dotation globale de fonctionnement pour les collectivités territoriales, soit un milliard d'euros sur deux ans.

Les collectivités locales doivent être soumises à un effort partagé de maîtrise de la dépense publique.

Alors qu'au cours de la seconde moitié de la précédente décennie, le nombre total de fonctionnaires a augmenté de 3,4 % dans les collectivités territoriales, une contrainte sur la ressource parait plus que nécessaire.

 

Avec le recul, en 2016, le président de Région Xavier Bertrand devrait se féliciter du rejet de l’amendement déposé par le député UMP Xavier Bertrand en 2012…

 

A cette époque, Christian Eckert, rapporteur général de la Commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire de l'Assemblée nationale, écrit sur son blog :

 

« Cette semaine, j'ai aussi, peut-être un peu à cause de la fatigue, eu plusieurs altercations assez vives en séances. D'ordinaire assez calme et placide, je me suis lâché contre Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand et quelques autres... les postures et la mauvaise foi de certains députés qui ternissent l'image des parlementaires :

 

Adepte aussi de la provocation, Xavier Bertrand utilise une technique bien connue : lui, c'est le parfait "bonimenteur", mais sans la partie "boni" : Il intervient pour soutenir un de ses amendements, qui propose ni plus ni moins, sans explication et sans détail, de supprimer ex-abrupto 500 Millions d'Euros de crédits aux collectivités locales. Je lui réponds ironiquement, qu'il avait dû réfléchir et réduire ses ambitions puisqu'en commission, il soutenait le même type d'amendement, mais à hauteur de 750 Millions... Vexé, il affirme haut et fort, plusieurs fois, en me coupant sans cesse la parole, que les deux amendements étaient identiques. Ayant à cœur de défendre mon travail (et surtout celui de mes administrateurs) je lui ai produit immédiatement les documents prouvant son erreur... Bien sûr que je n'aurais pas dû lâcher tout haut... "menteur" !

Quoique... »

 

Pas tendre, Christian Eckert, avec Xavier Bertrand… Faut-il en conclure que notre homme pourrait faire siennes les paroles de la célèbre chanson de Julio Iglésias « non, non, non, non… je n’ai pas changé… » ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article