Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La gazette patriote

La gazette patriote

Le bloc-notes politique de Daniel Philippot Conseiller Régional "Les Patriotes" - Hauts-de-France

Monsieur Darmanin est-il crédible ?

Monsieur Darmanin est-il crédible ?

Suite au débat qui a opposé Eric Zemmour à Jean-Christophe Cambadélis sur BFM-TV, Gérald Darmanin a tenu à réagir aux propos de son « ami » Zemmour.

Dans la lettre ouverte qu’il lui adresse, après lui avoir rappelé son admiration, le maire de Tourcoing  reproche essentiellement à Eric Zemmour d’avoir déclaré que « l’islam est incompatible avec la République ». Et d’ajouter : « les musulmans ne sont pas le problème. Le communautarisme, voilà l’ennemi. Le radicalisme en est d’ailleurs sa dérive sectaire » ou encore « je te préférais seulement souverainiste ». Pour accentuer sa démonstration, Gérald Darmanin n'hésite pas à citer Bonaparte, Napoléon, Seguin ou même de Gaulle…

 

Rien à redire en lisant cette lettre ouverte. On comprend que le deuxième vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie se dépeint comme un homme ouvert, modéré, anti-communautariste, partisan de l’assimilation et souverainiste. Diantre ! Voilà un élu que le Front National ne renierait pas, se dit-on…

 

Certes. Mais il convient tout de même de se demander si les beaux discours de monsieur Darmanin sont cohérents avec la politique suivie par son parti, l’UMP devenue Les Républicains, et par son mentor, Nicolas Sarkozy qui a exercé les fonctions de Ministre de l’Intérieur puis de Président de la République…

Hélas, force est de constater que le maire de Tourcoing, alors député, a apporté son soutien sans faille à une politique qui ne correspond en rien aux idées qu’il proclame dans sa lettre ouverte à Eric Zemmour…

 

L’assimilation

 

« …oui, les politiques sont lâches : ils n’ont pas imposé l’assimilation. » écrit Gérald Darmanin. Que ne l’a-t-il dit à Nicolas Sarkozy ?  Pourquoi l’a-t-il soutenu si longtemps ? Comment a-t-il pu en être le porte-parole ?

« L'islam est-il compatible avec la République ? » M. Sarkozy voyait alors dans cette question « une forme de racisme ». Il préférait « mettre sur le même plan toutes les religions ». « La France de 2004 n'est plus seulement catholique » ; l'islam y est désormais « une des grandes religions » - récente, mais pas étrangère. En fait, « la France est devenue multiculturelle,... et on ne le lui a pas dit ». Plutôt que « l'assimilation », Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, préconisait « l'intégration », qui « n'exige pas, pour réussir, que celui qui est accueilli renonce à ce qu'il est ».

 

Le communautarisme

 

« Voilà l’ennemi », écrit Gérald Darmanin. On ne peut que souscrire. Mais le député Darmanin a apporté son soutien à un président de la République qui s’est souvent montré communautariste.

Même s’il s’en défend en octobre 2005, lorsqu’il déclare « Je ne suis pas un partisan du communautarisme et des quotas ethniques », l’ex-ministre de l’Intérieur n’a jamais caché sa vision communautariste de la France. On pouvait espérer que devenu chef de l’Etat, il serait devenu plus républicain. Erreur.

Nicolas Sarkozy avait déjà choisi un « préfet musulman », en l’occurrence Aïssa Dermouche, nommé préfet du Jura (2004-2005). Il est également un partisan de la discrimination positive. Il a créé le poste de « commissaire à la diversité », confié à Yazid Sabeg. Adepte de la « laïcité positive », il pense que « le curé ne pourra jamais remplacer l’instituteur ».

Après avoir nommé un « préfet musulman » Nicolas Sarkozy s'est vanté d'avoir fait nommer un « préfet noir ». Le 31 janvier 2007, il a procédé à la nomination de Pierre N'Gahane comme préfet délégué pour l'égalité des chances auprès du préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. L'UMP s'est félicitée de cette nomination, en rappelant ses diplômes et son parcours brillant, mais en ajoutant : « Cette nomination du premier préfet à l'égalité des chances d'origine africaine est un signal fort adressé à nos compatriotes issus de l'immigration africaine et une excellente nouvelle pour notre pays. » Le communiqué est signé de la secrétaire nationale à la francophonie : Rama Yade.

A travers le Cran pour les noirs, le Crif pour les juifs, le CFCM pour les musulmans (Nicolas Sarkozy ayant été un grand artisan de sa création), les groupes ethniques ou religieux possèdent déjà des structures de représentation nationale pour dialoguer directement avec le pouvoir en tant que communautés et non en tant que personnes.

 

Voilà un parcours peu républicain. Du ministère de l’Intérieur à l’Elysée, Nicolas Sarkozy a défendu la vision communautariste de la société, où les personnes sont Français de souche, musulmans, noirs… avant d’être des citoyens.

 

 

Le souverainisme

 

En écrivant « Je te préférais seulement souverainiste » à Eric Zemmour, Gérald Darmanin laisse à penser qu’il est souverainiste, lui aussi. Mais là encore, les positions de l’UMP, dont était membre le maire de Tourcoing, ne plaident pas en sa faveur.

En 2005, près de 55% des Français rejettent le Traité constitutionnel européen quand 76% des sympathisants UMP votent pour. En 2008, l’UMP a massivement voté pour la ratification du Traité de Lisbonne qui annule le « non » des Français au référendum de 2005.

L’UMP et le PS n’ont cessé de brader la souveraineté nationale à Bruxelles. Le Traité de Maastricht nous a privés de notre souveraineté monétaire. Nous avons également transféré notre souveraineté budgétaire, territoriale et législative. Or on le sait, la nation, c’est un territoire, un peuple, une loi souveraine et une frontière.

 

 

Si l’on ne peut qu’être en accord avec la pensée exprimée par Gérald Darmanin dans sa lettre ouverte à Eric Zemmour, en revanche on ne peut que douter de sa crédibilité à la mettre en œuvre s’il était aux affaires.

Comment affirmer « …oui, les politiques sont lâches : ils n’ont pas imposé l’assimilation. » lorsqu’on est membre d’un parti qui a prôné le contraire de cette thèse ?

Comment lutter contre le communautarisme quand on est membre d’un parti qui l’a mis en œuvre lorsqu’il avait tous les leviers du pouvoir ?

Comment se déclarer souverainiste quand on appartient à un parti qui a trahi le vote des Français et transféré des pans entiers de souveraineté nationale à Bruxelles ?

 

Le seul parti crédible sur les thèmes avancés par monsieur Darmanin : la lutte pour l’assimilation, contre le communautarisme et la défense du souverainisme a un nom. Il s’agit du Front National.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article